Longue distance de Barcelone: on y était…

p1020167.jpgdsc00171.jpg

Dimanche 24 mai: debout depuis 04h30, nous arrivons dans le sas de départ vers 06h30, pressés par les organisteurs et les arbitres de course. Nous attendons tranquillement et sans trop de pression que le coup de feu libère les 2000 concurrents plantés depuis 1/2 heure dans le sable et serrés comme des sardines, nous adimrons le levé du jour…

p1020166.jpg  07h05, malgrés une houle assez importante, tout le monde réussit à se jeter à l’eau: même Yves qui se retrouve quasiment sur mes épaules après avoir pris une bonne vague en pleine poire…  La natation (2kms) est un peu galère : beaucoup de monde se bouscule à la première bouée se trouvant à environ 300m (coup de poing, coup de pied…), on a du mal à visualiser les bouées et ça brasse pas mal: il vaut mieux ne pas craindre le mal de mer.dsc00591.jpg 

J’émmerge de la grande bleue en 43′ déjà un peu secoué, la tête tourne légèrement: c’est indéniable, je manque d’entraînement !!! Je décide de prendre mon temps lors de la transition: 8mn, pour reprendre tous mes moyens car les 92 kms de vélo relativement plats vont se faire a vive allure…

dsc00991.jpg Petite stratégie prise pendant le changement, je décide de partir en vélo avec les manchons « Compressport » pour avoir une meilleure réoxygénation musculaire et pouvoir ainsi tester leur efficacité: il me faudra bien ça….  Après quelques vire-vires en ville, nous prenons les grands axes et là le compteur vélo ne décolle pas des 45-50km/h. Je me demande si on pourra tenir ce rythme tout le long du parcours sans pomper trop de jus… Le drafting est interdit, pourtant des groupes de 50 à 100 concurrents se forment et tout le monde roule en peloton. Les coudes se frottent, les roues se touchent se qui occasionne de nombreuses chutes. Rouler comme cela devient très dangereux, et je décide de tenter une échappée. Couché sur le vélo en appuis sur le sur les reposes bras, je fonce à plus de 55 km/h pendant environ 5 minutes. Les jambes chauffent un max et le rythme cardiaque accélère, je décide de me relever. En me retournant pour constater mon échappée, qu’elle ne fut pas ma stuppeur en voyant que tout le groupe s’était bien calé derièrre moi, je m’était donc faite « peter les varices  » pour rien. Pourquoi ne pas faire comme tout le monde et ne faire profiter de l’aspiration des adversaire pour récupérer: je réintègre donc l’arrière du peloton… Le parcours vélo est bouclé en 02h48′ soit 33km/h de moyenne: c’est satisfaisant…

La transition vélo-course a pied est assez rapide et le départ des 21,100kms se passe assez bien. On souffre un peu de la chaleur du soleil et de celle renvoyée par le sol. Le circuit pédestre est constitué d’un aller retour le long de la plage.

dsc01131.jpg p1020193.jpg

Je suis repris par Jean-louis vers le 15ème kilomètre. Je le tiens à distance et décide d’accélérer pour le ratrapper mais le genou me rapelle à l’ordre: je décide donc d’aller chercher la ligne d’arrivée sans changer de rythme et en restant concentré sur la technique de course pour éviter la blessure… Le triathlon se boucla après 05h47′ d’éffort…

Tout le monde franchit la ligne d’arrivée (9 partants, 9 arrivants) en recevant la médaille ainsi que le maillot de finisher de la part des organisateurs de ce « Quelle Chalenge Barcelona ».

Tous satisfait de notre prestation, nous échangeons a chaud nos impressions, nos sensations et nos sentiments avant de procéder évidement à la photo finale…

D’excellents souvenirs resteront dans nos mémoires…..

p1020217.jpg

 

 

 

Laisser un commentaire